Le constat

Emmaüs Défi (qui a expérimenté Premières Heures avec le soutien de la Ville de Paris), dès sa création, a constaté que le contrat d’insertion standard ne permet pas d’accueillir sur le chantier des personnes à la rue, tant sur la durée hebdomadaire du travail (26h/semaine) que sur la durée d’agrément (24 mois).

Premières Heures est envisagé comme un sas temporaire, progressif, adapté, destiné aux personnes à la rue (ou ayant connu un parcours de rue) qui ne se projettent pas d’emblée dans un contrat long et pour lesquelles les programmes d’insertion classiques s’avèrent inadaptés.

Le travail est prétexte à l’entrée dans l’accompagnement et dans le parcours d’insertion. Le dispositif repose sur une adaptation poussée à l’extrême du travail à la personne en proposant aux personnes d’engager un parcours de reprise du travail très progressif et adapté en chantier d’insertion.

Principes

Recrutement sans sélection ni prérequis

Pour un public SDF (rue ou CHU) qui ne peut habituellement pas accéder aux SIAE

Lieu d’accompagnement

Pas d’attente de productivité, un suivi social et un accompagnement en interne par un référent social

Progressivité et adaptation

Premières Heures s’adapte  et se module aux besoins et aux capacités de la personne

Promesse de l’emploi et accès à  l’hébergement

Parcours devant permettre d’accéder à un hébergement et d’être recruté a minima en chantier d’insertion

Modalités de mise en oeuvre

  1. Le maraudeur ou travailleur social « orienteur » identifie, en échangeant avec la personne, que cette dernière est intéressée et motivée pour bénéficier du dispositif.
  2. Découverte du lieu d’activité et rencontre avec l’éducateur. Toujours accompagné du maraudeur ou travailleur social « orienteur », afin de confirmer l’intérêt de la personne pour le dispositif et de prendre ses repères dans la structure.
  3. Remise en activité très progressive sur la base d’1/2 journée de travail, accompagné d’un encadrant dans une logique de « faire avec ». En lien dans la mesure du possible avec le maraudeur / travailleur social.
  4. Augmentation petit à petit du nombre d’heures hebdomadaires travaillées afin de ne pas mettre le salarié en difficulté. Intégration progressive du salarié Premières Heures à une équipe, sans présence du maraudeur. Adaptation au rythme du salarié.
  5. Poursuite du parcours en CDDI – ou hors chantier d’insertion, dès que le salarié est prêt. Le recrutement peut également être proposé par des chantiers partenaires. La suite de parcours doit se faire sans rupture.

Essaimage

Convergence France accompagne l’essaimage national du programme Premières Heures en chantier, grâce au soutien de la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS) dans le cadre d’une convention signée le 24 décembre 2020. Cet essaimage s’organise autour de deux axes :

  • Le programme se déploie sur les territoires qui mettent en œuvre Convergence. Il est envisagé comme le sas d’entrée du programme Convergence, nécessaire pour aller chercher les personnes qui restent trop souvent aux portes de l’IAE.
  • Premières Heures se déploie également sur des territoires ne portant pas Convergence et où certains publics restent exclus du secteur de l’IAE (public ROM, jeunes de moins de 26 ans…). Des territoires ont déjà exprimé leur intérêt pour une telle initiative, comme Blois, Bourges, Brest, Dijon, …

Partenaires

Le programme Premières Heures est soutenu par la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS)